jeudi 11 juin 2009

L'invasion velue de Corée

La Corée n’exporte pas seulement des voitures et de l’électronique... saviez-vous que les forêts françaises sont envahies par de très mignons et très nuisibles écureuils de Corée ?

En réparation pour le préjudice causé à nos belles forêts, je propose que le gouvernement français exige la restitution immédiate par la Corée des îles Liancourt...

lundi 13 avril 2009

du rififi dans les capotes

Une nouvelle pub créée via l'agence de publicité Grey pour la pharmacie Doc Morris en Allemagne n'a pas plu aux internautes chinois. Laissons parler les images.










Ben Laden, Hitler et Mao sur des têtes de spermatozoïdes...fallait oser. En Allemagne on utilise assez librement semble-t-il les attributs hitlériens... Le message? Tout ça pour dire qu'il vaut mieux utiliser une capote si on ne veut pas donner naissance à un nouveau tyran??Ou est-ce la diabolisation du méchant sperme?? Je reste songeuse. En tous les cas, une pub qui n'aura aucun effet en Chine, au contraire:combien sont les Chinois qui ne rêvent pas de mettre au monde un nouveau Mao?

mardi 31 mars 2009

lundi 9 mars 2009

un site chinois sur les droits de l homme au Tibet (!!!!)

http://fr.tibet328.cn/
http://fr.tibet328.cn
la Chine change de stratégie. Au lieu de censurer les sites étrangers pas toujours très tendres avec eux et consacrés aux droits de l'homme en Chine , le gouvernement vient de mettre en place son propre site, traduit en 3 langues.
Pourquoi 328? cela correspond au 28 mars, cette date a été choisie depuis peu pour célébrer la fin du servage au Tibet. Les droits de l'homme au Tibet, sous-entendu grâce au gouvernement chinois, les droits de l'homme au Tibet se sont nettement améliorés.(!!!!!)"L'Association a indiqué qu'elle se servirait de mots, de données et d'images pour transmettre au monde les changements extraordinaires enregistrés sur les droits de l'Homme au Tibet au cours des 50 années passées." (http://www.french.xinhuanet.com/french/2009-03/09/content_833170.htm)

jeudi 5 mars 2009

le Petit Julien en costume Chinois



le 3 mars, le Manneken Pis a revêtu son costume chinois confectionné dans du cuir venu de la ville de Haining, en Chine. Pour l'occasion, la ville a reçu le diplôme d'honneur de l'ordre des amis du Manneken Pis. Les Chinois sont pas peu fier de voir leur costume traditionnel couvrir la nudité de ce petit garnement.

vendredi 27 février 2009

Seoul dans ses ruines

Le drame de Yongsan dont parlait Vincent sur ce blog est arrivé il y a maintenant un mois. L’assaut brutal de la police contre le bâtiment où s’étaient réfugiés les manifestants qui luttaient contre la destruction de leur quartier avait laissé 5 morts parmi ces derniers, et un mort parmi les policiers. Les magistrats en charge de l’enquête ont conclu que les manifestants étaient les uniques responsables du drame. Le chef de la police a démissionné pour la forme, et n’a pas été autrement inquiété. Le dossier semble clos. Le souvenir du drame s’efface déjà.

Et sur place, qu’en est-il ?



Les activistes sont toujours là. Ils ont investi le premier étage du bâtiment où le drame au eu lieu. Ils sont accompagnés de deux cars de CRS et d’une journaliste bizuth au Hankyoreh, qui grille une cigarette et semble s'ennuyer un peu. Au rez-de chaussée du bâtiment en ruine, une pièce mortuaire avec les portraits des cinq disparus, devant lesquels brûle une bougie et de l'encens.


Juste à côté, un bus de police défoncé et brûlé sert de panneau d'affichage. Caricatures, dazibaos, pamphlets, peintures. Des cris de rage et de désespoir contre une Corée qui abandonne de plus en plus d'exclus. Les activistes s'expriment. Personne n'écoute.






Derrière le bus, une poignée de flics fument en silence, accoudés sur leurs boucliers anti-émeutes. C'est calme.

Les passants passent. La gare de Yongsan est juste en face, avec son quartier rouge et ses immenses centres commerciaux modernes. Les badauds manifestent peu d'intérêt. Ils sont arrêtés par des grands-mères qui leur demandent de signer des pétitions. Certains signent. La tragédie attire toujours la sympathie, quand même.

Nous marchons dans les rues du quartier dévasté, promis au bulldozer. Pas une âme. Un Family Mart est toujours là, intact. Il reste même des produits sur les étagères. D'autres magasins sont défoncés, vitres brisées et amas d'ordures à l'intérieur. Des graffitis obscènes et menaçants ont été laissés par les gangsters qui ont été chargés de vider les habitants.





L'église du coin, en brique rouge, semble avoir été protégée. Sera-t-elle épargnée par les new towns ? Un coiffeur ouvre toujours boutique, et affiche des pamphlets de résistance contre sa vitrine. Son magasin est vide.

En arrière-plan, la silhouette vaguement menaçante des grandes tours nouvellement construites et vides assombrit l'horizon. Solitude.

Le marché autrefois convivial et chaleureux est devenu une décharge. Au milieu des ruines, une grand-mère obstinée continue à vendre trois légumes. Sa silhouette est courbée, son regard éteint fixe le monceau de débris devant elle ; dans la ruelle déserte, le vent emmène quelques prospectus déchirés.

.

dimanche 8 février 2009

Tradition Farineuse

Détrompez-vous, nous ne sommes ni mardi-gras ni le jour de la Chandeleur. Après la cérémonie de remise des diplômes (au mois de février en Corée), les collégiens et lycéens coréens célébrent de manière far(am)ineuse leur entrée dans la cour des grands. La farine est bien entendu au centre de cette exercice juvénile mais d'autres ingrédients comme les oeufs ou les sauces de cuisine sont venus s'ajouter à la recette initiale pour rendre la chose plus ludique. On va même jusqu'à déchirer ou découper en lambeaux les uniformes dont le prix atteint parfois 700 000 wons (environ 500 dollars). Une tradition de plus en plus grandissante qui amène parfois à quelques excès ou coups de vice envers les abstinents, limite proches du bizutage.


Mes félicitations!


Attend, il en reste un peu


Nouvelle mode, déchirer ou découper son uniforme


Petite pause avant de repartir au front


La crève s'invite éventuellement à la tradition



Les filles ne sont pas en reste

Jadis Sungryemun

Vieilles photos des années 1880 de Sungryemun (plus connu sous le nom de Namdaemun ou Grande Porte du sud) prises par l'allemand Edvard Mayer, fondateur de Sechung, première entreprise commerciale sud-coréenne. Les photos, conservées comme souvenir par les descendants de Mayer ont été exhumées par le conservateur du Musée d'Honneur du centre médical Dongsan de l'université de Keimyung. Ces nouvelles (ou anciennes) images insufflent un brin de nostalgie aux sud-coréens, séparés de manière ahurissante de leur trésor national numéro 1* par un incendie criminel l'année dernière.

* Sungryemun, en pleine restauration, reste le trésor numéro 1 de la nation, devant la Pagode en Marbre du Monastère de Wongak.


Sungryemun



La ville fortifiée de Séoul



Vue de Namsan

jeudi 5 février 2009

Meurtres en Série

La Corée du sud a connu une semaine agitée suite à l'arrestation le 28 janvier d'un homme de 38 ans soupçonné d’avoir kidnappé et tué une étudiante de 21 ans près d’Ansan, ville située au sud-ouest de la province de Gyeonggi. Le corps a été retrouvée dans une rizière, 37 jours après que la jeune femme soit portée disparue. La victime a été aperçue pour la dernière fois près de l’arrêt de bus du centre médical de Gunpo. Selon les enquêteurs, le mobile de Ho-sun Kang était le viol et le vol. Le meurtrier a attiré sa victime dans son véhicule pour lui subtiliser sa carte de crédit avant de l’étrangler avec ses bas de nylon. 700 000 wons (environ 500 dollars) ont été retirés avec cette carte dans une agence Nonghyung Bank. Par la suite, Kang a mis le feu à sa voiture et celle de sa mère afin de détruire les preuves de sa culpabilité. Les caméras de surveillance de l’agence bancaire et du trafic routier ont permis à la police de mettre la main sur le meurtrier. Ce dernier possède entre autres un casier judiciaire faisant état de plusieurs condamnations.

Ce petit crime de quartier ne s’arrête malheureusement pas là. Tout porte à croire que Kang soit aussi l’auteur d’une série de meurtres non-résolus dont les faits remontent jusqu’à décembre 2006. Les enquêteurs ont en effet retrouvé un couteau de cuisine, des cheveux de femme et une bague en or dans le véhicule de Kang garé dans sa ferme à Suwon. Branle-bas de combat des autorités publiques : l’Institut National de l’Enquête Scientifique a examiné les objets trouvés, des centaines de policiers ont procédé à la fouille de la propriété dans le but de découvrir d’éventuels nouveaux indices tandis que plusieurs profileurs criminels ont pris part aux interrogatoires. Une des zones d’ombre de la vie de Kang demeure l’incendie de son domicile en octobre 2005, entraînant la mort de sa quatrième femme et de sa belle-mère. Le veuf accompagné de son fils avait alors réussi à s’extirper de la maison en feu. Kang avait par le plus grand des hasards souscrit deux polices d’assurances avant que sa demeure ne s’embrase. Il reçut en dédommagement la bagatelle de 480 millions de wons (environ 350 000 dollars).

Fin janvier, retournement de situation. Alors que jusqu’ici il niait toutes ces accusations, Kang signe sa reddition en confessant le meurtre de sept femmes toutes portées disparues depuis ces deux dernières années. A l’instar de son dernier acte en date, Kang aurait approché ses victimes afin de les violer, les voler et les étrangler. Les corps ont ensuite été enterrés dans des zones à l’abri de tout regard. Kang présentera ses excuses devant les camera d'une voix calme et sans conviction qui tranche avec celle de criminels habituels. Suite à sa confession, le tueur en série a procédé début février à une reconstitution des scènes du crime dont la similitude à celle du film noir de Chang-wook Park Lady Vengeance est plus que troublante. Kang et la police ont visité les villes de Gunpo, Suwon et Hwaseong à cet effet. Les corps étaient effectivement là. Tour à tour, le meurtrier, dont le visage est masqué par son manteau et sa capuche, montrera comment il a étranglé puis enterré ses victimes. La colère des badauds présents sur le lieu était sans retenue : Des regards enflammés convergaient sur le criminel, et le large cri, multiple, la voix syncopée et immense de la foule s’élevait pour vociférer un “à mort” presque cérémonial. “Enlevez-lui sa casquette!” s’exclamait l’un d’entre-eux. Une grand-mère de 80 ans habitant près des lieux du crime se disait prêt à vouloir le tuer. Le terrible cri résonnait dans l'air de ces lieux désertiques à plusieurs reprises: "A mort!”. La police a eu du mal à contenir une foule soudainement prise d'une passion vengeresse.


Résumé géographique des crimes



Scène de reconstitution d'un des meurtres


Le tueur, accusé au total de sept meurtres commis entre décembre 2006 et décembre 2008, fait l’objet d’une vive controverse à l’échelle nationale : Pour ou contre montrer le visage des présumés coupables? En Corée du sud, les suspects ont le droit de masquer leur visage même après avoir confessé leurs crimes. Cette pratique remonte à une directive de la police en 2005 : “Les images révélant l’identité des suspects et des victimes ne doivent pas être prises dans les commissariats” afin de protéger les droits des victimes mais également les droits des suspects. La Commission Nationale des Droits de l’Homme a également donné un avis dans ce sens. Kang a ainsi été présenté à la presse muni d’une casquette, d’un masque et de la capuche de son manteau. Furia du public qui réclame le visage du coupable. Les médias ont décidé d’être fédérateurs. La photo d'identité judiciaire a été publiée par le JoongAng Ilbo et le Chosun Ilbo. Les chaînes de télévisions nationales ont ensuite emboîté le pas en dévoilant des images de Kang à visage découvert.

Une polémique similaire avait éclaté lors des arrestations de deux autres tueurs en série en 2004 et 2006. La véhémence coréenne s'est finalement estompé avec le temps. Avec ce nouveau cas, le débat est-il réouvert? En attendant, les ventes d’alarmes portables et de nunchakus ont augmenté suite à l’arrestation de Kang.


Entretien à visage caché

samedi 24 janvier 2009

Bonne Année!

C'est le nouvel an lunaire. Retour au bercail pour voir la famille. Toute sortie de la ville devient un véritable périple digne de l'Exode vers le pays de Canaan. Ma famille habite à Séoul et se réunit durant le nouvel an grégorien. Ca évite les escapades périlleuses et les heures de stress au volant.

Quelques photos pour apprécier l'ampleur du défi à relever (n'oubliez pas, c'est l'aller et le retour dans les bouchons) :



Eclectiques vagabondages

A l'ouest de Bishkek, la capitale Kirghize, se trouve la ville de Talas et la rivière éponyme. En 751, les Chinois Tang et les Arabes Abbassides, alors en plein guerres expansionnistes se sont affrontés sur ses rives. La défaite chinoise marqua aussi bien les limites occidentales (jusqu'à maintenant du moins) de l'empire du milieu - trop éloigné de ses bases - que celles des Arabes qui ne sont jamais allés plus à l'est. Des prisonniers chinois ont transmis le secret du papier et probablement la boussole aux Arabes.

Mais ce qui est plus saugrenu, c'est que les Chinois étaient commandés par un Coréen de Goguryeo, Gao Xianzhi (高仙芝, 고선지), qui, fait assez remarquable pour une minorité ethnique, est parvenu au rang de général. Son père était également un général de Goguryeo vaincu par l'alliance Tang-Shilla. Il a participé aux campagnes chinoises visant à subjuguer l'Asie Centrale et le Xinjiang actuel. Il mourut décapité.

L'autre aspect insolite, est que cette partie de l'histoire de Chine a été couverte par Bo Yang, un historien Taïwanais, qui est notamment devenu célèbre par son embastillement par Chiang Kai-Shek, dont il s'était payé la tête par le truchement de traductions de ... Popeye !

mardi 20 janvier 2009

Virtualité Réelle

Il s’agit probablement de la nouvelle la plus sordide que j’ai pu entendre jusqu’ici. Un lycéen, poursuivi pour diffamation, vient de se donner la mort en se jetant de son immeuble mardi matin. Agé de 14 ans au moment des faits, le jeune garçon aurait insulté un avocat sur le forum du jeu online Lineage. L’accusé a insisté auprès de ses parents qu’il n’était en rien l’auteur de ses propos diffamatoires. La police affirme que le joueur était devenu un membre du réseau virtuel en utilisant le numéro d’identification national de son père en 2006. L’avocat a porté plainte auprès de la police en vertu de la loi sur les télécommunications suite aux propos tenus par le lycéen. La police a rejeté la demande en statuant que le père du lycéen n’était pas l’auteur des faits. L’avocat a alors décidé d’intenter un procès pour réclammer dommages et intérêts à l’encontre du père en 2008. La cour de justice a ordonné au père de verser la somme d’un million de wons (environ 570 euros) pour n’avoir pas su empêcher son fils de commettre cette faute. Insatisfait de cette somme dérisoire, l’avocat a décidé de faire appel. L’auteur présumé des propos diffamatoire a dû émettre une excuse officielle devant la cour de justice en voyant la situation s’envenimer. l’avocat était “perplexe” suite à l’annonce du suicide de l’adolescent. Il affirme en effet avoir abandonné les charges retenue contre le père le 15 janvier de cette année suite aux difficultés financières rencontrées par la famille du défunt.

Le jeu vidéo en ligne Lineage semble apparemment réunir en son sein une tripotée d’imbéciles dont le seul but est l’appât du gain. Créé par Ncsoft en 1998, le jeu massivement multi-joueurs en ligne a recueilli jusqu’à trois millions d’adeptes en Corée du sud. Certains parlent de drogue virtuelle. On compte parmi les joueurs un nombre important de mineurs et de personnes sans-emploi. Les accros peuvent rester connectés plusieurs journées à la suite. Lineage a notamment ruiné la carrière du talentueux footballeur Joonso Go. La particulier du jeu réside surtout dans la possibilité d’acheter et vendre entre joueurs des objets pour son avatar. Les dérives sont alors facile à imaginer. En 2003 par exemple, un blanc-bec de 17 ans et trois accolytes ont escroqué la somme rondelette de 140 millions de wons (environ 80 000 euros) à 350 joueurs fanatiques. Les malfaiteurs ont vendu des objets fictifs à des prix défiants toute concurrence. Certains objets inédits peuvent effectivement être vendus à 5 millions de wons (environ 2800 euros) l’unité. Afin d’éviter ce genre de manigance, des sites internet offrent exclusivement des services de chambre de compensation pour les transactions d’objets en ligne. Mais l’argent n’est pas seulement le seul moyen de réglement. Des cas de cession d’objets ou de personnages en échange de faveurs sexuelles ont été relevés par la police. Heureusement, le phénomène semble se tarir : le nombre de connexion est en nette baisse principalement en raison de la sortie de nouveaux jeux onlines dont... Lineage II.


Attention, joueur accro

Désastre Manifeste

On comptait ce mardi six morts et une vingtaine de blessés à l’issue d’une manifestation organisée par des petits commerçants lésés du quartier de Hangangro-2ga dans le district de Yongsan. Les pompiers ont retrouvé les corps à l’intérieur d’un bâtiment dévasté par les flammes. Comment est-on arrivé à ce résultat dramatique?

En mai 2008, la ville de Séoul annonce le développement de Yongsan Link, un immense projet censé rattacher la gare de Yongsan au Musée National de Corée avec des espaces verts et des tours gigantesques que les coréens affectionnent tout particulièrement. Le sous-sol, deux fois plus grand que le COEX de Samsung-dong à Kangnam, abritera à l’instar des Halles de Paris une véritable ville entière avec son lot de centres culturels, grands magasins, hôtels et autres lieux de commerce.


Yongsan Link (la gare actuelle de Yongsan est visible en haut de la photo)


Promoteurs, constructeurs, propriétaires, tous se frottent les mains à l’idée d’un tel projet de construction au coeur de Séoul, seul lieu sans véritable zone commerciale et résidentielle de renom en raison des bases militaires américaines dispersées dans le district de Yongsan. Tous? Non, un petit groupe d’irréductibles, principalement des petits commerçants, demande avec détermination une compensation financière plus conséquente suite à la fermeture de leur commerce. Le quartier, jadis florissant de petites boutiques, de restaurants et d’un petit marché permanent aux allures de souk, est désormais bouclé. Les bulldozers ont investi les lieux depuis quelques mois seulement. Lorsqu’un projet de cette envergure se dessine à l’horizon, l’intimidation prend rapidement le pas sur la négociation. Les anciens propriétaires du quartier ont tout simplement viré leurs locataires, acculés à déclarer en cessation de commerce. Leurs indemnités, si elles existent, sont dérisoires. Difficile dans ces conditions de rester les bras croisés. 120 personnes habitent encore les lieux alors que les démolitions sont en cours.


Des manifestants visiblement pas contents


Depuis le début des travaux, une quarantaine de personnes ont manifesté aux alentours du quartier sans provoquer de heurts majeurs. Lundi matin, les manifestants ont décidé de passer à l’action en s’enfermant à l’intérieur d’un bâtiment de cinq étages du quartier. Munis de pierres et de projectiles, les irréductibles ont repoussé inlassablement toutes les tentatives d’approche par les employés des entreprises de démolition et les forces de l’ordre. Suite à l’arrivée des forces spéciales de la police et d’une grue pour atteindre les étages supérieurs, les manifestants ont sorti les explosifs artisanaux et les jerrycans de liquides inflammables et combustibles. Le siège tourne au drame avec le toit en flamme. Au final cinq manifestants et un policier seront retrouvés sans vie sous les décombres.


Tiens, dans ta gueule!


Les manifestants étaient également munis de lance-projectiles efficaces


"Descente" aérienne des forces spéciales de la police


Le feu sur le toit


Indécrottable


Ce drame tombe mal. Le président Myungbak Lee venait juste de nommer Seokki Kim pour mener l’Agence de Police Nationale. On repprochait notamment à l’ex-chef de la police de Séoul sa gestion violente et autoritaire lors des manifestations à la bougie anti-boeuf américain. Du pain bénit pour l’opposition. "La première réalisation (de Kim) à la tête de la police nationale est la répression sanglante contre des citoyens ordinaires", s’est exclamée la porte-parole du Parti Démocrate. Les partis d'opposition réclament la démission immédiate des responsables de cette affaire.

Le quartier de Yongsan, d’ordinaire calme et fluide, était ce soir encore paralysé.

lundi 19 janvier 2009

Découverte Fortruite

C'est en cherchant une solution de rechange à mes vacances en Asie du sud-est que j'ai trouvé par hasard (pour être honnête, c'était en première page d'un grand quotidien national) ce rendez-vous typiquement coréen.

Du 7 janvier au 1er février, les amateurs de truites de rivière pourront à la fois exercer leur talent de pêcheur et satisfaire leurs papilles gustatives au Festival de Glace de Sancheoneo à Hwacheon (province de Gangwon). Basé sur la rivière de Hwacheongang, l’événement rassemble chaque année plus d'un million de participants (jusqu'à 135 000 visiteurs par jour le weekend) prêts à tout pour capturer celle que l’on appelle “la reine des vallées”. Des trous éparpillés tout au long de cette rivière gelé de 2km de longueur et de 100 mètres de largeur sont à la disposition des festivaliers. Les plus braves tenteront d’attraper à main nue cette truite fort agile tandis que d’autres utiliseront la méthode plus traditionnelle de la canne à pêche. Accessoirement, le lieu se transforme en gigantesque cantine à ciel ouvert : sashimis et sushis en tout genre se dégustent dans une foule sans cesse grandissante.


Aussi fort que la plage en été



Décidement au Pays du Matin Calme, on aime bien faire les choses en groupe

vendredi 16 janvier 2009

La main dans le sac

On reproche beaucoup aux Coréens de copier sans trop de vergogne pubs,scénarios, musiques et visuels (quand ce ne sont pas des technologies de pointe...) pour les recycler en douce dans leurs propres produits, et sans se préoccuper démesurément du problème des droits d’auteur.

Je ne cherche pas du tout ici à me faire l’avocat des droits d’auteur (je m’en tamponne même pas mal, à vrai dire.) Ceci dit... les publicistes coréens manquent-ils à ce point d’imagination, et de fierté ?

Pub originale – Herpes – Eau des Merveilles




Pub coréenne – Poori Bank - Carte de crédit quelconque




Petit bonus pour vous, amis lecteurs : le logo du SK Broad Band sur l’image ci-dessous vous rappelle-t-il quelque chose ?



.

dimanche 11 janvier 2009

Voyage vers l'occident, la série ( Suite de SunWuKong c'est qui?)

comme promis la vidéo de cette incroyable série du Voyage vers l'occident 西游记 (Xi you ji) ..générique et effets spéciaux, attention aux yeux!!

pour ceux qui auraient des problèmes, le lien direct
http://v.youku.com/v_show/id_XMzEzMjcxODQ=.html

Pédalons gaiement, c'est pour la bonne cause.

La Chine est le pays du vélo, ça c'est sûr. Fatigués de pédaler, les Chinois ont adopté le vélo électrique, deux coups de pédales, et zou, on passe Tian An men en un rien de temps, juste assez pour adresser un sourire à Mao. Mais depuis les JO, le gouvernement chinois se met sérieusement au vert. La preuve dans cette nouvelle initiative: les vélos, au lieu de consommer de l'électricité, en produisent. Explications. Les vieux du quartier ont depuis quelques années à leur disposition toute sorte d'engins colorées pour faire leur gym matinale, dont des vélos d'appartement en plein air. Une véritable arène à entraîner des gladiateurs. Depuis peu, donc, les mamies devront un peu plus se concentrer sur leurs coups de pédales et moins bavarder avec leur voisine, parce que dépend de leur souffle la production d'énergie électrique pour les plus démunis. Imaginez, une rangée de 6 Pékinoises peut produire 180 watts par heure...une batterie, reliée aux 6 vélos, si elle est chargée complètement, peut alimenter une télévision pendant 10 à 11 heures. Allez hop! Au travail! Après les mamies cartons, mamies poubelles et mamies coupe coupe herbe (Corée) les mamies pédalos...qu'est-ce qu'on fait pas pour rendre utile nos vénérables aînés.

mercredi 7 janvier 2009

Election au Kirghizstan

Il y a de ça quelques mois, les Bishkekois (Bishkékais ?) ont élu leur députés. La ville a apparemment un parlement, mais absolument aucun de mes collègues n'a voté ; les statistiques de vote affichent pourtant plus de 90% de votants...

Ne comprenant malheureusement guère le russe, je vais juste vous mettre quelques photos évocatrices de la classe politique locale. Y'a du gratiné.

Un général, un

Total relax

La famille ça paie toujours !

Le président de l'association des cascadeurs kirghizes (!?)

Un toqué

Et mon chouchou, le général Alcazar


Plus d'infos sur lui : http://www.axisglobe.com/article.asp?article=320

J'ai pas pu tous les mettre, y'en a des centaines, vraiment des centaines !


mardi 6 janvier 2009

Le choc des balivernes

Samuel Huntington a trépassé. Sans faire du wikipedia, c’est un pur produit de l’élite américaine, Yale, Harvard et tout le toutim. Il a également officié dans l’administration Carter en tant que “White House coordinator of Security Planning for the National Security Council” – quand Brzenziksi était NSA. Tout un programme.

Revenons sur un de ces derniers ouvrages, le fameux « choc des civilisations » sorti en 1994. Ce « brûlot », jeté tel un pavé dans la mare de l’optimisme issue de la fonte de la menace soviétique, se voulait être une réponse aux courants mondialo-internationalistes comme la théorie de paix libérale reprise par Fukuyama (qui au passage en remet une couche : http://the-american-interest.com/contd/?p=688).

Dès la préface, Huttington a la probité de nous prévenir que son livre n’est pas un ouvrage de sciences sociales. Entendez par-là qu’il se contentera de remplir un tiers de chaque page par des citations au lieu de la moitié. Ce qui fait toujours un sixième supplémentaire pour laisser libre court à son imagination débordante sinon à ses fantasmes. Certainement afin de préserver un maximum de suspens, il se garde toutefois de dévoiler le caractère « cheap sci-fi » que le lecteur découvrira assez rapidement.

Ce petit côté « guerre des mondes », rafraîchissant, permettra d’ailleurs de maintenir l’intérêt éveillé entre deux bâillements provoqués par des énumérations longues et fastidieuses. Ce cabotage pénible de nom de pays observés sous différents prismes (religion, ethnie, langue, culture, pointure de chaussure etc…) a au moins le mérite de faire jouer aux 7 erreurs les plus endurants d’entre nous.

L’auteur ne cesse de s’emmêler les pinceaux dans des contradictions (il y a de moins en moins de chrétiens dans le monde, ah oui mais il y a 50 millions de chrétiens en Chine) ou des bêtises (il y aurait de moins en moins d’anglophones sur terre) en collant des citations contradictoires qui, mises bout à bout, arrive à le faire plus ou moins tomber sur ses pieds.

Dans les premières 150 pages, on notera que le Portugal n’est pas en Europe, que la Chine était la 2ème puissance économique (en 94) et d’autres approximations sur l’Asie Centrale (d’ailleurs répétées par Brzenziksi deux ans plus tard dans « le grand échiquier », ce qui rappelle le bon mot de Bruce Cumings : « le cercle des relations internationales aux USA, ce sont dix personnes qui se citent les unes les autres »). Ils n’ont pas de nègres à Harvard and cie pour relire le travail des professeurs qui sucrent des fraises ?

Huttington n’hésite pas non plus à surfer sur la vague de tous les sujets en vogue dans les 90’s (Asian values, éveil de la Chine, déclin de l’occident, menace islamique, régionalisme en Asie etc…), sans ne rien apporter (ce qui démontre bien les méfaits de rétribuer les « scholars » au poids de leurs écrits). Le tout évoque la trame d’un mauvais S.A.S.

Mais ce qui est franchement risible, c’est son côté puant de généralismes, de poncifs, cette vision manichéistes au possible qu’il nous assène imperturbablement, même pour un Américain. (L’assez constipant) Edward Saïd l’a mouché à ce propos (très bon « Popeye » !) dans cet article http://www.nawaat.org/portail/2005/02/02/le-choc-de-lignorance/.

Cela rappelle Peyrefitte qui en 73 déjà, nous annonçait l’Apocalypse sur 500 pages en nous mettant en garde sur le fait que tous les jours il y a de plus en plus de Chinois ; ou bien plus sérieusement, Desproges dans son pamphlet dangereusement xénophobes « les étrangers sont nuls » s’affolait – sans bouger les oreilles - de voir que tous les jours il y avait de plus en plus d’étrangers dans le Monde…

J’ai tout de même du mal à croire que ce type, certainement par ailleurs très brillant puisse avoir des idées aussi bornées et simplistes des réalités de ce monde. Pourquoi un tel amas de billevesées ? A qui le crime profite t’il ? Cela serait-il un travail de commande demandé par des groupes réactionnaires dont les perspectives par trop pacifiques des théories libérales iraient au contraire de leurs intérêts ?

dimanche 4 janvier 2009

Boire ou ne pas Boire

Résultat d'un sondage coréen qui vaut son pesant de cacahuètes.

“Que la nouvelle recrue vide son premier verre même si elle ne consomme pas d’alcool” - Yonhap News


“Un nouvel entrant qui ne consomme pas d’alcool mais qui vide son premier verre et qui quitte les bureaux avant son supérieur après avoir demandé s’il reste du travail à lui confier sera apprécié par sa hiérarchie”.

Tel est le type de réponses données par les responsables des ressources humaines au sujet des problèmes confrontés sur le lieu de travail par les jeunes recrues. Suite au sondage effectué par le site de recrutement incruit.com auprès de 234 responsables des ressources humaines, 79.5% (186 personnes) ont répondu par la positive à la question “avez vous des nouvelles recrues qui vous plaisent?”. 51.6% des sondés donnent comme principale raison “sa mentalité joyeuse et positive” et 38.7% “son attitude attentionnée et sincère”.

Lorsqu’une nouvelle recrue se voit offrir de l’alcool alors qu’elle n’en consomme pas, 66.7% des responsables des ressources humaines lui préconisent “de boire le premier verre par courtoisie et d’éviter les verres suivants du mieux que possible”. ‘Mettre de l’ambiance en faisant le spectacle en guise d’alcool’ (16.7%) et ‘refuser courtoisement un verre sous prétexte de ne pas boire d’alcool’ (15.4%) sont des méthodes relativement peu plebiscitées.

Concernant l’heure de départ tardive du lieu de travail malgré la présence de son supérieur, “poser la question ‘Puis-je vous être utile en quoi que ce soit?’ et d’attendre les ordres de son supérieur” a été la réponse la plus citée. ‘Faire de la présence jusqu’à ce que le supérieur parte’ (15.4%) et ‘partir en avance en avisant son supérieur’ (11.5%) sont des exemples de réponses peu conseillées.

En cas de ‘retard au travail suite à un réveil tardif’, il est fortement recommandé d’“appeler son supérieur pour lui expliquer honnêtement la raison du retard et d’obtenir sa bienveillance” (78.2%). “Appeler un collègue de travail pour lui demander de s’excuser auprès de son supérieur” (7.7%) et “offrir des boissons et des snacks à son équipe pour se repantir après être arrivé au bureau” (2.6%) sont des actes à éviter.



En Corée du sud, ne pas savoir boire d'alcool peut s'avérer être un handicap majeur dans le cadre professionnel. Les soirées alcoolisées ne sont pas seulement l'apanage des commerciaux et des métiers 'masculins' pour les affaires. Une autre forme de dérapage éthylique subsiste au sein du lieu de travail. Une bonne ou mauvaise nouvelle sera l'excuse parfaite pour organiser le hwaesik (littéralement 'repas en groupe'), dîner arrosé entre collègues où les devises d'entreprise et les clinquements de verres d'alcool sont la marque de fabrique. On parle, on mange, mais on boit surtout. Le chef d'équipe est souvent à l'origine de cette mobilisation soi-disante professionnelle, histoire de bonifier les troupes ou de favoriser l'intrégration des nouveaux entrants. On notera au passage l'approbation systématique du petit sous-chef, spécialiste des courbettes à 90 degrés. Selon le type d'établissement et de patron, la fréquence de ces rassemblements peut être élargie à volonté sans être volontiers.

Les hwaesiks représentent ainsi la hantise de nombreux salariés, en particulier pour les femmes. La présence de la jeune recrue est plus qu'obligatoire. Difficile pour les autres d'échapper à la règle surtout si le chef de service répond présent. Boire sans broncher est un exercice de style. Le jeune capable d'aligner au moins trois bouteilles de soju et de chanter comme bel canto au karaoké, prolongement indispensable du hwaesik idyllique, obtiendra la bénédiction de ses supérieurs. En revanche, la personne refusant de "coopérer" en prendra pour son grade. Un joli spectacle qui nous rappelle combien il est parfois difficile de se faire aimer au pays du matin calme.

Un reportage de France24 permet de se familiariser avec cette pratique et d'en comprendre les bouts et les aboutissants.


Pas de doute, ça donne envie

mardi 30 décembre 2008

Sun WuKong, c'est qui?

Sun Wu KOng, c'est celui qui est conscient de la vacuité....encore un truc de moine, vous direz-vous, c est pas loin! Son Goku en japonais...ça vous parle plus? Dragon ball, cette jolie frimousse avec une queue de singe. oui....Sun Wu Kong est un singe qui peut parler et qui porte des vêtements jaunes. plus célèbre que Bruce Lee, que le grand M. et tant d'autre:le Roi Singe, puisqu'il s'agit bien de lui, est une figure mythique, légendaire et ô combien vivante en Chine et dans le coeur des Chinois. Il sort tout droit d'un roman du 16ème siècle intitulé "Voyage vers l'occident". A l'époque l'occident c'était l'Inde, et il s'agit d'une sorte de voyage initiatique pour 3 compères: un moine, un cochon et un singe à la recherche de textes bouddhistes sacrés. A travers toutes sortes de péripéties et de rencontres plus extraordinaires les unes que les autres, un peu à la sauce de nos romans de chevalerie, ou d'un Don Quichotte chinois, les personnages apprennent à se connaître, se repentir et s'agrandir. En l'occurence pour le Roi singe, c'est se repentir d'un passé orgueilleux où il a acquis quantité de pouvoirs et bravé les Dieux. Finalement, il avait été enterré par Bouddha lui-même pendant 500 ans. C'est la déesse de la miséricorde (le Bouddha Guanyin) qui le libère pour qu'il accompagne et aide le moine du Voyage en Occident dans sa quête.
Le Roi singe a inspiré et inspire toujours la production artistique chinoise, qu'il s'agisse de la littérature, de la peinture, du cinéma ou de la télévision. Bon nombre de petits chinois ont la panoplie du roi singe dans leur armoire: la canne magique qui s'allonge à volonté( je vous vois venir avec vos allusions), et le bandeau sur le front.
Une série télévisée est sortie en 1980 et relatait toutes les aventures du singe aux poils synthétiques, du cochon aux joues en carton-pate et du moine à la face fardée, c'est d'un kitch extrême...la réadaptation n'est pas mieux, je vous laisse découvrir tout ça.






le superbe (à mon humble avis) dessin animé.



La liste des produits dérivés est longue, vous vous en doutez....dernièrement c'est une publicité pour de la lessive où l'authentique acteur de la série du Roi Singe apparait.
pour terminer, les organisateurs des JO de 2008 ont longuement hésité sur le choix des mascottes, parmi les favoris éliminés au dernier round se trouvait le roi Singe. Une question pour nos amis lecteurs: d'après vous, qui l'a détrôné: Le poisson, l'antilope, l'hirondelle, la flamme ou le panda?

dimanche 21 décembre 2008

Culture Pub

Petite revue en images de la publicité sud-coréenne:




C'est ce que l'on appelle avoir l'oreille musicale

Annonceur : Samsung Electronics
Agence : Cheil Worldwide



Le chewing-gum anti-crash

Annonceur : Lotte Confectionary
Agence : Daehong Communications



L'odorat du chat est quatorze fois plus développé que celui de l'homme

Annonceur : Yuhan-Kimberly
Agence : Ogilvy & Mather Korea




Conservons un paysage propre

Annonceur : Yuhan-Kimberly
Agence : Ogilvy & Mather Korea



Plus cliché, tu meurs

Annonceur : Shilla Duty Free Shop
Agence : Cheil communications




Un adoucissant hypoallerzénique

Annonceur : Pigeon
Agence : Hancomm



Comme vous le savez probablement, la peau blanche est un des principaux "canons de beauté" asiatiques

Annonceur : Skinfood
Agence : Diamond Ogilvy



No comment

Annonceur : Dunkin Donuts
Agence : inconnu